RÉSIDENCE - AFROPIXEL#8 - Masques

Dates et lieu:

- 20 Mars sur Instagram - 15 h GMT

- 5 Avril sur le site - 15 h GMT


"Les masques numériques sont souvent utilisés en stories Insta et Facebook. Filtres de beauté, filtres déformants ou carrément fantaisistes, ils permettent de se mettre en scène sur les réseaux et d'élaborer une autofiction. Ils rappellent la fonction première du masque : dissimuler son identité dans une démarche subversive, mais aussi sa vocation spirituelle en permettant d'entrer en contact avec une autre dimension ou des entités métaphysiques. Les masques Nani$ôka sont des outils pour agir dans l'espace numérique, proposer des rituels en partage. Leur publication implique d’emblée la mise en commun, la dissémination du geste artistique dans l'espace numérique. Ils invitent à réenchanter nos pratiques des réseaux.

"Il était une fois, un cataclysme biologique qui ébranla la terre et le cosmos. Les entités numériques enseignèrent à certains êtres vivants une nouvelle manière d'être en relation. Firefox est né.e Phoenix, puis s'est transformé.e en oiseau de feu pour enfin devenir Renard de Feu. Iel guide les êtres qui se déplacent dans l'espace numérique. Iel maîtrise La Fidélité sans fil (WIFI : Wirelless Fidelity), une forme d'énergie sociale, de magie, de manaa. Ce mode de connexion à très grande portée permet à Renard de Feu de se déplacer dans le monde à la vitesse des ondes. Sur son chemin, iel croise des humain.e.s et accompagne leurs quêtes."

En ce moment de pandémie, le numérique est plus que jamais au cœur de nos vies. Il nous permet de continuer à être ensemble, à communiquer avec nos proches, à faire circuler nos idées. Il devient difficilement envisageable de s'en passer. L'évidence est là : une grande partie de l’humanité vit dans les mondes numériques et nos appareils deviennent le prolongement de nos corps. Pourtant, pendant le confinement, quelque chose de fondamental nous manque : la convivialité, la présence physique des autres.

Nani$ôka groupe réinjecte du spirituel et de la poésie au monde numérique et pense des rituels pour entrer en contact avec ses entités. De ces pratiques, des légendes émergent et des histoires s'inventent. Ces fictions spéculatives proposent de repenser notre présent et d'interroger notre rapport aux mondes à l'heure du numérique. Il existe peu de discours symboliques pour appréhender l'espace numérique et les entités qui le peuplent.

Depuis cette réflexion, Nani$ôka groupe compose des "Masques Numériques" pour naviguer entre l'espace physique et l'espace numérique.

Nous avons créé nos premiers masques numériques en 2019 lors d'une résidence à Zagreb en Croatie. Nous utilisons le logiciel Spark AR, édité par Facebook. Il permet de produire des masques publiables sur Instagram et Facebook. Les masques insta sont souvent utilisés en stories. Filtres de beauté, filtres déformants ou carrément fantaisistes, les masques permettent de se mettre en scène sur les réseaux et d'élaborer une autofiction. Ils rappellent la fonction première du masque : dissimuler son identité dans une démarche subversive, mais aussi sa vocation spirituelle en permettant d'entrer en contact avec une autre dimension ou des entités métaphysiques. Les masques Nani$ôka sont des outils pour agir dans l'espace numérique, proposer des rituels en partage. Leur publication implique d’emblée la mise en commun, la dissémination du geste artistique dans l'espace numérique. Ils invitent à réenchanter nos pratiques des réseaux.

Lors de la résidence Afropixel #8, chaque artiste sera invité à penser les éléments d'un masque, son histoire, sa légende et sa mise en action. Nous réaliserons le masque avec lui en visioconférence. Puis, il pourra se filmer avec son masque et nous envoyer ces images. Nous réaliserons des capsules vidéo pour chaque masque, montrant sa réalisation, son histoire et son utilisation. Les masques pourront être publiés sur le compte insta de l'artiste, celui de Nani$ôka et de Ker Thiossane pendant le festival afropixel. Les vidéos seront publiés à la fin de la résidence, sur le site de afropixel et sur nos réseaux respectifs. Les masques pourront donc circuler dans l'espace numérique, invitant à poursuivre cette narration collective.