AFRIKIKK 2021

Oeuvre Fabrice Monteiro_ The Prophecy - untitled-11 - Agbogbloshie - Ghana
Oeuvre Fabrice Monteiro_ The Prophecy - untitled-11 - Agbogbloshie - Ghana

press to zoom
POTENTIALITY X
POTENTIALITY X

©ALun Be

press to zoom
Oeuvre Fabrice Monteiro_ The Prophecy - untitled-11 - Agbogbloshie - Ghana
Oeuvre Fabrice Monteiro_ The Prophecy - untitled-11 - Agbogbloshie - Ghana

press to zoom
1/2

Pour son dixième anniversaire, le KIKK Festival a choisi de ne pas s’en tenir à un thème mais a donné le ton, en annonçant non seulement sa volonté de multiplier les occasions de se réjouir mais aussi et surtout son désir de prendre soin.

 

Cela n’est pas sans évoquer, selon l’étymologie latine “cura”, l’origine du rôle du curateur ou commissaire qui, au delà de la mise en dialogue d’œuvres et d’artistes dans un espace, comporte aussi la responsabilité de questionner, d’écouter et proposer d’autres lectures du présent avant d’imaginer ensemble les futurs possibles. 

Prendre soin c’est donc inévitablement porter une attention particulière aux contenus et veiller à les faire entrer en résonance avec les points de vues multiples d’identités rhizomes(1) issues de nos cultures métissées. C'est ainsi que le KIKK festival, dans le cadre du partenariat AFRIKIKK, réitère sa collaboration avec la commissaire d’exposition Delphine Buysse (Belgique - Sénégal) et Marion Louisgrand Sylla de Ker Thiossane (Sénégal) qui présentent, au cœur même de la programmation de l’exposition KIKK IN TOWN (dans l’espace urbain), sept artistes du continent africain ou de la diaspora. 

Ces artistes participent à la dissémination de visions sur des sujets aussi profonds et divers que l’anthropocène, l’identité, les croyances, le patrimoine ou encore les imaginaires et contribuent à enrichir notre compréhension des géographies et des récits en nous aidant à déconstruire nos systèmes de pensées. Car cura c’est encore soigner et donc chercher à comprendre les modes de guérison, qu’ils soient thérapeutiques ou chamaniques, d’ici ou d’ailleurs, dans leur rôle du maintien du bien-être social, voire dans un but de réparation. 

Prendre soin c’est enfin une manière d’être, de vivre à travers l’art et avec ceux qui créent, qui après un an de privation, annonce une édition résolument festive à l’image de l’équipe du KIKK. C’est aussi l’occasion de se souvenir que la mobilité mondiale reste toujours l’apanage d’une élite sur la planète. 

 

 

– Delphine Buysse –

(1) Gilles Deleuze 

(2) Edouard Glissant